Les inertes

Cocciopesto

<a href="javascript:history.back()"><< LES INERTES</a>

Cocciopesto

Dans l’utilisation de plus en plus récurrente de matériaux du passé, nous pouvons affirmer que dans la recherche de nouvelles frontières œnologiques, nous avons donné vie à une nouvelle méthode de vinification rappelant l’utilisation des récipients en argile comme les « Dolia » des Romains et les « Kvevri » des Géorgiens.
Voici où a pris naissance l’idée puisée dans la tradition et dans l’utilisation de la Rome antique de réaliser des cuves à vin, des jarres ou récipients en « Cocciopesto ».
Cette matière utilisée par les Romains et déjà connue des phéniciens a la caractéristique d’offrir une durabilité, une robustesse et surtout d’offrir une inertie thermique unique.
Ce produit d’une extrême biocompatibilité peut être utilisé pendant la vinification, avec de nombreux avantages car la matière n’a aucune influence sur les arômes du contenu. Grâce à sa porosité, la matière garantit une micro-oxygénation, la durabilité dans le temps, et enfin l’esthétique.

Les cuves à vin réalisées en COCCIOPESTO sont le résultat d’une recherche innovante dans le but d’étudier des produits de technologie nouvelle qui touchent à l’histoire et à la tradition.
Le « COCCIOPESTO » DRUNK TURTLE est une matière dérivée issue d’un mélange composé de fragments de briques et tuiles brisées sable, liant et eau.
À la fin du processus de séchage naturel, notre matériel présente une certaine microporosité qui est très intéressante durant la vinification et pendant l’affinage: la qualité organoleptique enrichie et amplifie les arômes du vin.
Dans la Rome antique, ce matériel était appelé « OPUS Signium», terminaison latine dérivée de la ville de SEGNI (SEGNIA) proche de ROME où furent également inventées nos antiques fontaines.
Au 1er siècle avant J-C, Marco VITRUVIO décrit le processus de fabrication et l’utilisation dans son traité «De architetura».
L’antique préparation était utilisée pour habiller les citernes, les vasques thermales, les terrasses non couvertes, les lavoirs des maisons quand ils n’étaient pas en marbre ou en pierre et les pièces chauffées. Utilisé également comme crépi ou enduit déshumidificateur.
La technique d’application variait selon les typologies d’utilisation et le niveau de perméabilité souhaité pour le produit fini.

RÉFÉRENCES
EIC CHANGINS –VD-
CAVE PROVINS –VS-
CAVE ARDEVAZ –VS-
VALENTINA ANDREIS –VS-
ANDREA FERRARI –TI-
CAVE RENAISSANCE –VS-

LES CUVES À VIN DANS L’HISTOIRE
Les signes du temps de l’antique route commerciale dans le bassin méditerranéen du temps des phéniciens, puis des Romains, ont permis de retrouver des épaves de navires garnis de marchandises.
L’objet le plus significatif, même dans notre imaginaire, reste l’amphore pour le stockage des denrées alimentaires particulièrement pour l’huile et le vin.
Dans la civilisation méditerranéenne où l’argile était la matière la plus fréquemment utilisée pour la production d’ustensiles, ces am-phores en terre cuite optimisées pour le transport étaient également utilisées pour conserver certains produits.
Les phéniciens réalisaient leur vinification en utilisant ces récipients d’argile enterrés. Cette technique fût également utilisée par les Grecs et les Romains. Ces derniers faisaient un usage important de grands récipients en terre cuite de forme sphérique appelés DOLIA (sing.Dolium).
En outre, dans l’actuelle Géorgie, des jarres de dimensions très importantes ont été découvertes.

Les cuves à vin en « cocciopesto » présentent une finition externe d’un ton gris rosé, résultat issu du mélange de terre cuite broyée et d’une poussière superficielle plus irrégulière.

 

 

Nous contacter

Portable

00.39.329.5919486

E-mail

info@qualitywine.it
info@qualitywine.ch

Quality Brau

Découvrez le monde de la bière